mardi 28 mars 2017

Du soleil brésilien dans mon cabas

Ma sister, qui vit en tongs et en maillot de bain au Brésil (je la déteste), arborait l'autre jour un tote bag beige avec un liseré argent d'une beauté insolente. J'ai un temps envisagé de le lui voler discrètement plus tard mais son dressing est à 9000 km. Je lui ai donc simplement demandé d'où venait cette merveille (tout en lui rappelant subtilement que mon anniversaire est dans un mois).

La chance est avec nous les filles ! Ce sont deux françaises, Alexandra et Katy, qui ont vécu à Sao Paulo (je les déteste un peu aussi) et ont créé la marque d'accessoires Les Créatrices by A&K, portées par l'envie de conjuguer bonne humeur brésilienne et chic à la française. 

Oh meu Deus ! c'est beau à en pleurer (le Brésil me rend toujours un tantinet lyrique)
Elles dessinent des sacs et pochettes féminins, colorés, fun. Les font fabriquer à la main au Brésil où elles ont déniché des peausseries pleine fleur qui donnent aux sacs leur souplesse et leur authenticité. Imaginent des séries limités pour enchanter le quotidien. Il y a du soleil et de la beauté dans ces cabas !



Et comme si cela ne suffisait pas, c'est une marque engagée (on arrive au moment où j'ai commencé à ressentir de la culpabilité à cause de mes vilaines pensées du début). 5% du CA est reversé à l'association Santa Fé qui, depuis 1993, accueille de jeunes enfants et adolescents de Sao Paulo victimes de mauvais traitements, d'abandon ou de violences sexuelles. 


Alexandra et Katy donnent du sens à nos achats plaisir ! 
Tudo bem :)


samedi 25 mars 2017

Ça va mon poussin ?


Je ne sais pas si ce sont les premiers rayons de soleil qui m'ont fait complètement disjoncter (ça fait quoi une overdose de vitamine D ?), ou l'appel de la Bretagne (ça fait quoi une overdose d'iode ?), ou alors c'est mon côté solaire qui s'exprime (enfin), ou ce jaune bouton d'or qui agit comme une réminiscence de mon enfance (ceux qui ne sont pas nés dans les 70's ne peuvent pas comprendre)...
Qui peut vraiment m'expliquer le fondement de cet acte incompréhensible : j'ai acheté un pull jaune !!!
Alors qu'on est bien d'accord, officiellement je déteste le jaune. 

Je l'ai vu qui me tendait ses petits bras dans la vitrine chez Petit Bateau et je m'en suis d'abord détournée, au mental (alors qu'il était en promo).  

Tu es magnifique mon chéri, mais pas pour moi, tu es jaune.

Pourtant, il m'a hantée deux jours, tant et si bien que je suis retournée dans la boutique, une larme de regret à l’œil, prête à bafouer mon moi profond. Il n'y avait plus ma taille (un signe !). 
Malgré cela, à peine passé ma porte d'entrée, je me suis jetée sur mon mac comme un animal aux abois priant pour qu'il en reste sur le site Petit Bateau (oui !)(joie intense !!!).

Bref, j'ai acheté un pull jaune. Moi.
Non mais, vous imaginez quand je serai bronzée ?

Pull 100% coton Petit Bateau. A porter cintré (prendre une taille en dessous de votre taille PB habituelle) 85€ (et -30% jusqu'au 28 mars), plusieurs autres couleurs dont un orange de dingue et un très joli kaki (ce qui rend encore plus incompréhensible le choix du jaune).


lundi 20 mars 2017

Dédramatisons le froufrou

J'avais dit pas de froufrous pour moi, je m'en souviens bien (j'ai une mémoire d'éléphant). Bien. Ok. Bien, bien, bien... 
Oui mais, bon, dans certains cas, on peut déroger. Dans le cas de la marinière par exemple (argument valide fulltime). Surtout quand elle est pour ainsi dire donnée : 9,90€ chez zara (ok, zara kids, mais le 14 ans fait un bon 36-38).

Et puis osons l'affirmer, le reniement n'est pas totalement proscrit. Si l'on y réfléchit bien, ne jamais douter c'est le premier pas vers le totalitarisme, non ? Je préfère que vous vous penchiez tout de suite sur le sujet car ce n'est peut-être pas mon seul reniement de la semaine...










vendredi 17 mars 2017

I ♥ loafers

Peut-on passer le printemps sans loafer ? Et déjà, comment a-t-on fait pour passer tout l'hiver à baver sur les Princeton Gucci sans succomber ? C'est la question métaphysique du jour.

Oh ça va ! Moi aussi j'ai gloussé devant les slippers fourrées lors des défilés, mais il a suffi que je les voie portées une fois et haaan.... ♥♥♥ !!!


J'ai versé une larme d'émotion devant les loafers brodées de roses en Italie (oups ! je dois toujours faire un post sur mon WE à Rome...) pendant que mon homme et Mélusine ne pensaient qu'à aller boire un chocolat chaud. Je ne les ai rejoints (ma famille, pas les loafers) qu'après avoir mentalement fait le compte de tout ce que j'avais déjà dépensé :(
Parce-que la vraie question est là : suis-je prête à dépenser 600€ pour un modèle qui est certes la coqueluche du moment mais l'an prochain ??
A vrai dire, mentalement oui (vous commencez à me connaître) mais, techniquement, je fais face à quelques obstacles (liés à d'autres questions métaphysiques).



:) C'est chez & Other Stories que j'ai trouvé du réconfort, la marque fait définitivement des chaussures d'assez belle qualité pour un prix très doux. 89€ (elles existent aussi en metallic pink, à vous de voir).


P.S. : si vous avez besoin de faire une pause, je vous recommande un petit tour sur le site Gucci, y'a du lourd ! (Attention ça pique)



jeudi 16 mars 2017

Previously on instagram


Je n'ai pris aucun risque stylistique avec mes basiques !

Une publication partagée par littlegrigri (@littlegrigri) le


PNC aux portes...

Une publication partagée par littlegrigri (@littlegrigri) le

Et j'ai (encore) failli être une mère indigne, mais à la lecture de vos commentaires je me suis sentie beaucoup moins seule ! (et sinon ça va la culpabilité ?)

Une publication partagée par littlegrigri (@littlegrigri) le

vendredi 10 mars 2017

Sunny day ! :)

Vous avez vu ? C'est le printemps ! Pour combien de temps... ça dépend (de l'endroit où vous habitez principalement). 
Ici la météo est enfin réjouissante alors je ne boude pas mon plaisir :)
Ma semaine de reprise a été très chargée et je ne suis pas tout à fait à jour dans ma paperasse (euphémisme) mais j'ai tout de même trouvé le temps de faire un peu de shopping virtuel, l'histoire de rester dans le mood (oh ! ça va, c'est vendredi !)(est-ce que je vous juge moi ?)(jamais, bande de feignasses).


Pour une fois que je trouve une robe parfaite, il n'y a évidemment plus ma taille (l'histoire de ma vie), je suis donc condamnée à guetter le réassort chez Rouje Robe Annie 135€ - Le panier dingue de beauté, et qui à 210€ va nous faire au moins tout l'été, vient de chez Vanessa Seward - comme le printemps est encore un tantinet frisquet, on enfile ce lumineux manteau jaune Zara 80€. Je sais, j'ai dit que je n'aimais pas le jaune, mais il se pourrait que je sois entrain de m'y faire... et puis vous avez le teint mat, non ? - Un petit bracelet Littlegrigri 25€ assorti pour accentuer la lumière - Les slipper loafers même pas chers 89€ de chez & Other Stories qu'il nous faut absolument (le rapport qualité/prix de leurs chaussures est vraiment top !) - pour finir d'égayer notre style, il nous faut les lèvres rouge et là attention : super plan ! en traînant avec Mélusine chez Yves Rocher, j'ai découvert ce crayon à lèvres bien hydratant et dont la couleur tient une bonne partie de la journée, un petit miracle pour 9,90€ Crayon lèvres éclat, couleur Rouge flamboyant (pour moi, mais il existe 12 teintes). 

samedi 25 février 2017

La jupe midi easy

A la veille d'enfiler un fuseau de ski, j'ai envie d'une jupe longue et légère. A porter avec des baskets au printemps et des sandales en été. Pas plissée (je sais, je suis une rebelle). De cette longueur :



Peut-être même à fleurs (enfin, ça c'est pas encore sûr parce-que c'est un gros challenge pour moi la jupe longue à fleur...)


Ou en wax... curieusement je suis bien plus à l'aise avec l'imprimé wax que les fleurs (je soupçonne toujours ces dernières de faire un peu tarte).






Enfin, finalement ça dépendra de l'imprimé que je trouverai (je n'ai pas commencé à chercher, j'en suis au tout début de ma lubie) car la bonne nouvelle c'est qu'avec du tissu en grande largeur, cette jupe est hyper facile à faire ! (d'autant que je n'ai pas l'intention de faire les poches #feignasse)

:)

To be continued... (mais d'abord allons skier)

En attendant, il y a un super tuto video ici (qui vous fera réviser votre anglais et vos conversions métriques) facile et très déculpabilisant. J'adore quand elle repasse directement sur son parquet ! 0_0 (je mens, ça m'a fait flipper).

Avis à celles qui ne cousent pas, il y en a une très jolie en lin chez Quintessence (mais le concept de la jupe qui va aussi bien au 36 qu'au 42 nous inquiète un peu mon tout petit 36 et moi).



vendredi 24 février 2017

Comment ça un jogging ??

Tenue de combat pour mon dernier jour de boulot avant d'aller dévaler les pistes enneigées (partir la dernière semaine de la dernière zone, c'est un peu de frustration avant, mais beaucoup de plaisir quand l'heure du départ arrive enfin !)(alors que nombre d'entre vous êtes rentrés #désolée).






Entre le bouclage des dernières commandes et celui des valises, je prends le temps de vous suggérer de vous ruer sur ce pantalon h&m en flanelle grise toute douce et si facile à porter, un bonheur ! Je l'ai pris en marine la semaine dernière (rayures tennis aussi) mais le coloris n'est déjà plus sur le site, peut-être aurez vous de la chance en magasin ? Tout à fait portable au bureau avec une veste. Vous me remercierez plus tard (j'ai deux-trois trucs à finir).


mercredi 22 février 2017

Rock en smocks ?

Je n'aime pas les froufrous mais j'adore les smocks ! (je ne suis pas à une contradiction près) 
Et devinez... j'en porte ! (bien que je sois sortie de ma période layette il y a un certain temps)(Oh, ça va. Vous aussi). 

Bien entendu, il n'est pas question d'en porter avec le combo ballerines x jupe grise (sauf si vous vivez dans le catalogue Cyrillus). 
Chez les jeunes filles de bonne famille, il convient (argument entendu des milliers de fois dans ma jeunesse) de les porter avec un bon vieux 501, des boots pas trop sages et un ceinturon (j'ai un peu revisité le concept). Sinon gare à l'effet Marie-Charlotte.


Ma blouse vient de chez Petite Étincelle, la marque créée par ma copine Daphné qui, en plus d'avoir beaucoup de talent, est aussi une belle personne (quoique parfois un peu barrée).




Oui, on peut être rock et porter sa médaille de baptême (Jesus-Marie-Joseph !) à condition d'y ajouter un collier Cauri Littlegrigri (auto-promo).


samedi 18 février 2017

Devrions-nous tricoter des poussy hat ?

Bon, qu'est-ce que c'est ce truc rose ?



L'histoire : Pendant la campagne américaine, Donald Trump avait déclaré qu'être très riche permettait (je cite) "d'attraper les femmes par la chatte et qu'elles te laissaient faire". La chatte en anglais se dit pussy (au sens propre comme au figuré). Les résultats des élections ayant été ce qu'ils ont été... des femmes ont décidé de marcher sur Washington le lendemain de l'investiture pour rappeler à Trump qu'elles avaient des droits et n’entendaient pas se laisser faire. Peu à peu les réseaux sociaux ont là aussi joué leur rôle et toutes les minorités sont venues rejoindre ce qui était au départ la womensmarch (la "marche des femmes" pour celles qui ont séché l'anglais).
L'une de ces femmes, dès le début, eut une idée géniale : le pussy hat project

En synthèse : porter un signe distinctif pendant cette marche = un pussy hat (bonnet chatte) rose (couleur des femmes, voire même de leur vagin ai-je lu quelque part). Et encore plus génial : proposer aux femmes qui souhaitaient participer à la marche, mais ne pouvaient se déplacer, de le faire symboliquement en tricotant des pussy hat, puis en les envoyant aux organisatrices de la marche qui les ont redistribués aux marcheurs et marcheuses le jour J. 
Les tricoteuses étaient invitées à glisser dans le bonnet un papier avec leur nom et leur email pour que les marcheuses puissent leur envoyer un petit mot de remerciement. Solidarité, entraide, l'idée était belle, le succès fulgurant. Le jour J, la marée rose crevait les écrans du monde entier et le pink pussy hat devenait un symbole de résistance.



Beaucoup d'américains qui ont voté pour lui ne voulaient pas réellement de Trump. Ils ont juste voulu donner un avertissement à leurs gouvernants, juste voulu "renverser la table". A présent ils ont un président qui inquiète les psychiatres (et le monde entier) et qui ne sait peut-être même pas lire un texte structuré...

Aujourd'hui, même si les médias n'en parlent pas beaucoup en France, womensmarch est devenu un véritable mouvement de résistance, très actif aux US.


 

Ce qui m'angoisse, moi, c'est qu'ici aussi nous sommes désemparés. Que notre campagne politique rase le sol. Que vraisemblablement beaucoup de français sont prêts à "renverser la table", tandis que beaucoup d'autres ne voient même plus l'intérêt de voter.

Je ne peux pas imaginer que mon pays en arrive à de tels extrêmes, et pourtant...

Je ne peux pas imaginer que des gens sensés puissent croire que le FN n'est pas un parti raciste, et pourtant...

Je ne peux pas imaginer que dans quelques semaines TOUS les fachos se sentiront autorisés à sortir du bois, et pourtant...

Je ne peux pas imaginer que dans quelques mois nous devrons nous aussi descendre dans la rue pour défendre le droit à l'avortement, les droits des femmes, les droits des immigrés, et pourtant...

Comme beaucoup d'entre vous, je suis devenue sceptique à l'égard de la plupart des candidats (et de la "classe politique" en général). Mais je suis sûre d'une chose, je ne veux pas me réveiller avec la gueule de bois. Si la mère Le Pen arrive au pouvoir ce ne sera sûrement pas parce que je me serai abstenue. Je ne peux pas imaginer dire à mon enfant (qui n'est pas blanc) que c'est un peu de ma faute...
Quel que soit votre choix : s'il vous plait VOTEZ ! (enfin, sauf pour les extrêmes)

À suivre pour comprendre ce qu'il se passe aux US : les comptes facebook de Bernie Sanders (sénateur démocrate à la tête de la Résistance anti-Trump) et Michael Moore (cinéaste, autre leader de la résistance) & l'IG du mouvement Womensmarch

Et pour se faire une idée : les BD d'anticipation La Présidente et Totalitaire (font froid dans le dos), et sans doute aller voir le film Chez nous tant critiqué par le FN...


En attendant les élections, je garde dans un coin le patron du pussyhat (au cas où) en priant pour que nous n'ayons jamais à le tricoter !


:(  Une fois n'est pas coutume, ce blog s'éloigne dangereusement de la futilité (oui, bon, on n'est pas dans l'analyse poussée non plus) mais tout ça me fait tellement flipper que m'épancher ici me soulage (un peu).