lundi 22 mai 2017

Le cas de la chemisette

En préambule, et après la faute de style commise récemment, je me dois de rappeler que la chemisette  manche courte pour un homme n'est pas envisageable. Sauf s'il a des chaussettes blanches dans ses sandalettes, auquel cas c'est déjà foutu de toute façon.

Ceci dit, vous avez parfaitement le droit de lui voler sa chemisette (que vous garderez après l'avoir quitté - vous n'allez quand même pas rester avec un homme en sandalettes ??), pourvu qu'elle soit neutre (genre blanche) et slim fit. Et surtout, pourvu que vous lui rouliez les manches (définitivement).


J'ai trouvé la mienne au rayon homme chez h&m. Vous me connaissez, j'ai été raisonnable, j'en ai pris  seulement deux : une blanche et une denim.

Une publication partagée par littlegrigri (@littlegrigri) le

Is rolled-up shirtsleeves the new T-shirt ? (vous avez 4 heures)

J'aime bien me comparer à VB de temps en temps, ça repositionne mon égo.




mercredi 17 mai 2017

Ma petite robe Brigitte

J'adooooooore ces températures estivales !
L'occasion de me glisser enfin dans ma nouvelle robe préférée (achetée à pâques à Biarritz et rangée dès le retour des vacances pour cause de météo maussade). En coton léger, super agréable à porter avec son petit côté 70's (l'impression bizarre d'en avoir déjà vu une assez similaire dans les vieux albums de famille me poursuit).

J'ai enfilé des mocassins pour aller en réunion ce matin, mais je les ai troqués contre des tongs en cuir cet après-midi (la question de la possibilité de porter des tongs à Genève ayant été réglée l'an dernier). Elle vient de chez Sœur, une très jolie marque (qui a le bon goût de faire des vêtements à ma taille).


En plein boulot

:) C'est bien joli tout ça, mais on ne devait pas parler de Brigitte ? 
Si, c'est le nom de la robe. Déçue ?

Soit, alors parlons de celle à qui vous avez immédiatement pensé. Que l'on aime son mari, ou que l'on s'en méfie, je trouve un sacré panache à notre nouvelle première dame ! pas vous ?




***EDIT*** On me précise que ce tweet ne provient pas de Brigitte Macron mais d'un compte usurpé... (dommage !)


mardi 16 mai 2017

Bonne fête maman...

Il y a beaucoup d'amour dans chacun de ces bracelets ♥♥♥
(mais l'un des deux est plus facile à porter au bureau)
www.littlegrigri.com

bracelets fête des mères - bonne fête maman

lundi 15 mai 2017

La jupe midi taille haute

Vous souvenez-vous quand je vous avais dit que je me ferais une jupe midi taille haute avec mes petits doigts de fée ? 
Oui, et bien, j'ai eu une grosse flemme (oh, ça va...). 

C'est arrivé fort opportunément lorsque je suis tombée sur celle de chez Uniqlo, alors que je m'apprêtais justement à aller acheter du tissu (les coïncidences parfois...)
Un mélange coton et viscose qui lui assure une super tenue. Un prix très très racoleur (à la limite de la décence). Et pour parfaire l'alignement des planètes, la météo estivale complice de nos jambes (blanches, mais laissez-moi quelques jours, je travaille en terrasse) qui fait enfin son entrée ce matin.
J'ai hésité à prendre la jupe en kaki, mais finalement le bleu navy va avec tout (dans ma vie). Bonne nouvelle : la ceinture est amovible, on peut donc se dispenser de l'effet nœud-nœud.


jupe midi uniqlo & collier littlegrigri

Jupe Uniqlo, T-shirt (old) Zadig&Voltaire, collier Moorea Littlegrigri


jupe midi uniqlo olive

P.S. : le post où l'on constate que -définitivement- la spartiate se porte uniquement sur peau bronzée (sinon, gare à l'effet centurion).

mercredi 10 mai 2017

Tentation #3784

On a beau se dire qu'ils sont hors de prix pour des paniers (mais pour des oeuvres d'art ?), que -c'est quasi sûr- la poignée doit faire mal, et que si on ne fait pas gaffe ça doit râper les mollets quand on marche, que la forme n'est peut-être pas très pratique (mais pour une oeuvre d'art ?), que l'an prochain ils seront SO ÉTÉ 2017... ils sont quand même magnifiques, non ?




lundi 8 mai 2017

Hermès + vintage = nouveau bébé

- Tu as vu mon nouveau sac ?
- Mouais... t'as toujours aimé les vieux trucs qui sentent un peu bizarre...
Voilà la réponse désabusée de mon homme (et qui, à la réflexion, n'est pas très flatteuse pour lui).




Mon nouveau bébé s'appelle Martine, il a la peau toute douce. Vraisemblablement né dans les années 70 (excellent cru) je le trouve absolument parfait.




D'où me vient ce goût pour le vintage ? Et cette passion pour la maison Hermès ?

Une forme de nostalgie sans doute, l'envie de retrouver les sensations d'une époque révolue. En retraçant l'histoire de mes grands parents (qui se sont écrit tous les jours pendant les deux années de leurs fiançailles)(et parfois plusieurs fois dans la même journée)(à l'époque le facteur passait deux fois par jour, vous le saviez ?), j'ai découvert que ma grand-mère aimait les belles choses. Je dois tenir cela d'elle (vous n'imaginez pas à quel point le cuir intérieur de mon Pullman est doux, on dirait de la soie).

C'est aussi un merveilleux terrain pour l'imagination. J'adore me dire que ces objets ont eu une vie avant moi et tenter de la deviner. A quelle occasion ce sac a-t-il été offert ? en vue d'une cérémonie ? pour le quotidien d'une femme élégante ?...  A qui ? une jeune fille timide ? une femme sûre d'elle ?... Et par qui ? un mari ? un amoureux ? des amies ? un amant ?

Je n'ai pas encore imaginé l'histoire de Martine, j'attends de l'apprivoiser un peu, ça viendra au fil du temps. 


On le sait, la mode est intemporelle, tout n'est qu'éternelle réinvention. Il suffit de traîner sur IG (ça m'arrive) pour se rendre compte que malgré son âge, mon sac vintage est vraiment dans l'air du temps ! (Toute ressemblance...)


Une publication partagée par Ines de la Fressange (@inesdelafressangeofficial) le


Vous montrer un sac noir sur un imper kaki foncé n'était pas l'idée du siècle, je vous le concède. Mais 1° faites un peu marcher votre imagination et 2° vous n'avez pas fini de le voir de toute façon ;)


dimanche 7 mai 2017

La faute.

Quand tu oublies la règle de base selon laquelle Lorsqu'on porte un bas large, il faut que le haut soit près du corps et que ça donne :

Madame Patate


samedi 6 mai 2017

LOHIM #11 Ayé !!!!

Il aura fallu 1 an (depuis LOHIM #10) pour que soit effacée toute trace de couleur ET que mes cheveux soient assez longs pour pouvoir couper les longueurs décolorées. 

Cette aventure m'aura permis d'apprendre (entre deux-trois autres choses sur mon mental d'acier) que les cheveux ne poussent pas partout à la même vitesse (véridique!). Et bien sûr, chez moi, ce sont ceux de dessous qui poussent plus rapidement, ceux qu'on voit le moins, sinon c'est pas drôle. Tout ça pour justifier une coupe de cheveux dégradée (alors que j'avais juré de ne plus JAMAIS les dégrader)... Mais 

ÇA Y EST !!! 

Ils sont entièrement de couleur naturelle. Un doux mélange de gris et de châtain :)




Fin du combat (je vais en trouver un autre, ne vous inquiétez pas) et, je peux vous l'avouer humblement, plus jamais je ne me regarde dans le miroir en pensant que ma couleur ça ne va pas. Et même, truc de dingue pour une fille normalement constituée : j'aime bien mes cheveux. Tous les jours ! Elle est pas belle la vie ? Fini le bad hair day (enfin... là ils sont juste un peu trop courts pour les attacher, du coup c'était pas pratique au yoga hier matin, mais dans un deux mois c'est réglé).

On fête ça avec ma tête-de-tétard-ravi pour rigoler ! (ou vous faire peur)



Bon week-end (et ne vous Trumpez pas en allant voter !)


jeudi 4 mai 2017

Previously on instagram

Un petit tour au Pays basque, l'histoire de se ressourcer, de faire la tournée des amis (quelqu'un a dit apéro ?), de marcher en tongs (mais avec un sweat-shirt), de s'enivrer de l'odeur du pittosporum, de se régaler (+1,5 kg), de sentir le soleil sur son visage (et peler sur le front deux jours plus tard), et de rentrer un peu bluesy... vivement cet été !


Une publication partagée par littlegrigri (@littlegrigri) le

Une publication partagée par littlegrigri (@littlegrigri) le


Une publication partagée par littlegrigri (@littlegrigri) le

Une publication partagée par littlegrigri (@littlegrigri) le

dimanche 9 avril 2017

Prendre le temps.

Prendre le temps de réfléchir. Prendre le temps de comprendre. Un luxe ?

A l'heure où notre appréhension du grand monde (et de notre petit monde) passe par twitter et ses 140 signes, les bandeaux des chaines d'info, les flux RSS de notre smartphone... difficile d'avoir une idée construite. Pas le temps de creuser, pas le temps d'en discuter (vraiment discuter, je ne parle pas des échanges trollesques sur facebook), pas le temps de comprendre le monde, alors, par facilité, vous et moi (disons : la majorité d'entre nous, je vous laisse le bénéfice du doute) cautionnons le grand titre qui nous interpelle, l'orateur le plus charismatique. La pensée s'appauvrit, de plus en plus vite, inéluctablement. 


Dans cet environnement oppressant, America arrive comme une grande bouffée d'air pur. 
A l'initiative de François Busnel (animateur d'émission littéraire, l'homme a les plus grandes plumes françaises et étrangères dans son carnet d'adresse), des grands noms de la littérature américaine ont accepté d'écrire et décrire l'état de leur pays durant les années Trump.
Des articles et chroniques de Toni Morrison, Barack Obama, Marc Dugain, Alain Mabanckou, Douglas Kennedy... excusez du peu ! 
America paraîtra durant 4 ans (le pari est fait qu'il n'y aura pas de deuxième mandat Trump), à raison d'un numéro par trimestre. America nous offre le temps de lire (sans passer par la diagonale), de réfléchir, d'y revenir. A des années lumière du buzz de l'info en continue. Un luxe vous disais-je.

Et comment ne pas rêver d'une réplique française ? A quand France monsieur Busnel ?