mercredi 23 novembre 2011

L'hair con !


Cela faisait si longtemps que je n'avais pas nagé en plein drame capillaire... au moins quatre mois.
Le dilemme ressurgit à chaque changement de saison : je me coupe les cheveux ou pas ?? (variante : je me les teins en gris ou pas ? en châtain très clair ou châtain plus foncé ?)

En général je rumine introspectivement pendant une à deux semaines... Court (enfin un carré dégradé parce-qu'avec un court court, j'ai l'air d'une psychopathe) court donc,  me dis-je : "c'est super pratique", tu te les laves et pas besoin de séchoir, vingt minutes plus tard ils sont secs et impeccablement en place (dans mes rêves), donc c'est décidé je coupe.

Puis, forte de ma décision inébranlable, je consulte mon entourage proche. A commencer par ma fille de 7 ans qui exige que je les laisse pousser "au moins jusqu'au milieu du dos" et aimerait tant que je fasse mienne la tendance Charlotte Free... (bon Ok elle n'emploie pas trop l'expression "faire sienne")
Puis mon homme, un specimen masculin somme toute classique, qui aime les talons hauts (ça m'arrange avec mon mètre soixante) et les cheveux longs.
J'ai également consulté le chien qui semble s'en foutre comme de sa première mue, tant que je ramasse ses poils quotidiennement (cette dernière précision, d'apparence vénielle, prendra tout son sens un peu plus loin... soyez patient).
C'est alors que je me dis que long, c'est joli aussi, et puis je peux les attacher, et arborer plein de coiffures différentes (c'est-à-dire principalement la queue de cheval dans mon cas, mais elle peut être plus ou moins haute, hein ?).
Long c'est mieux finalement.

Ensuite, je tombe sur une photo d'Inès de la Fressange. Dès que je la croise (dans la presse surtout, elle vient peu à Biarritz), c'est pavlovien, je veux sa coupe de cheveux. Un truc de dingue, comme une évidence, ça s'impose littéralement à moi, je ne peux pas lutter. (Je voudrais son visage aussi, mais l'investissement est beaucoup trop lourd).

Ajoutez à ça mon acolyte Sof qui me dit avant hier "demain je te rejoins plus tard, je vais chez le coiffeur" et hop ! Re-décision avec effet immédiat, je prends rendez-vous en même temps qu'elle, on pourra parler boulot (ha ha ha).

Me voici donc hier dans son salon de coiffure top secret, tellement hype que je ne donne l'adresse qu'aux fashionistas aguerries et sur présentation d'une carte vermeil.
Compte tenu de la soudaineté de l'évènement, je n'avais bien entendu pas eu le temps de retoucher ma couleur avant. (Après des années de déceptions pigmentaires, et ce pour l'équivalent pécuniaire d'un Kelly, j'ai décidé que je pouvais très bien le faire moi même. C'est ainsi que je suis devenue ma coloriste préférée.)
Qu'importe, je le ferai après (même si ça devenait très limite... depuis quelques jours déjà).
J'en ressors avec ma coupe Fressange et la perspective de camoufler mes 3 (30? 300?) cheveux blancs le lendemain. Timing parfait. C'est les martines dans dix jours, une couleur est plus jolie après deux ou trois shampoings.
Je sais que le soir même, quand j'irai chercher mon adorable et tendre petite fille, elle me dira "t'es moche comme ça maman", mais je m'en fiche (j'attends qu'elle ait 14 ans et de l'acné pour lui répondre), je suis contente, je me sens tellement Inès de la Fressange. Prête à faire dix trucs à la fois.

Bon, il y a eu un léger couac dans mon organisation sans faille.
Vers 15h30, lors d'une pause boulot, j'ai sorti l'aspirateur pour faire disparaître les poils de chien qui me narguaient dans la lumière. Juste sous l'escalier colimaçon. En acier. Vous noterez au passage que wonder woman (i.e moi, je cultive le self-estime avec une facilité déconcertante), quand elle s'accorde une pause, c'est pour un autre genre de boulot (bien moins glam que les bijoux).
Et bien wonder woman a oublié de wonder réfléchir sous l'escalier. Je me suis relevée avec beaucoup trop d'énergie et un chouilla trop tôt. Ouvert le crâne en passant l'aspi. La gloire.
Sonnée et en sang, j'ai eu la présence d'esprit de sauver mon pull ZV.

Comme ça n'a pas saigné trop longtemps et que c'est dans les cheveux, peu importe si la cicatrice n'est pas belle, je n'ai pas eu besoin de me faire recoudre. Ce matin c'est tout coagulé, je vais laisser faire la nature et attendre que ça cicatrise tout simplement.
La question que je vous pose (particulièrement si vous avez des compétences médicales), c'est : à votre avis combien de temps ?
Non parce-que je ne suis pas sûre qu'appliquer le produit colorant sur une plaie soit très indiqué (ni indolore) et dans 10 jours c'est les martines...

Bon et bien... si vous croisez une mamie fille à cheveux racines poivre et sel aux martines, c'est wonder woman.

Charlotte Free

3 commentaires:

  1. Ooch... j'ai mal pour toi :(
    J'ai beaucoup aimé ton article très bien écrit, très bien balancé, bravo !!

    (et Charlotte Free mmmm.... tu sais c'est pas facile à assortir à la garde robe après)

    RépondreSupprimer
  2. Merci !
    Quant à assortir les cheveux roses à ma garde robe (voir le post du 8 septembre) ce n'est pas trop le problème. Ou alors il faut que je revoie toute l'interface de ce blog.
    A mon avis le vrai problème avec les cheveux roses, c'est que c'est passablement moche, et pas très facile à assumer...

    RépondreSupprimer
  3. eh bah dis dont qu'elle histoire,
    moi perso j'ai jamais teste la couleurmais c'est pas l'envie qui m'en manques. Le coup d'Ines de la Fressange je ne peut pas y resister non plus. L'hiver dernier yavait tellement de monde qui avait les cheveux court que j'ai pas pu attendre de prendre rendez-vous avec le coiffeur j'ai juste couru dans la salle de bain avec ma paire de ciseaux
    ne JAMAIS courrir avec une paire de ciseaux. C'est tres dangeureux... heureusement il ne m'est rien arriver ni a moi, ni a mes cheveux parce que apres avoir sacrifier les 3/4 de ma criniere de lion et bah c'est drolement chouette (je n'irais pas jusqu'a dire que c'est mieux...m'emfin...)
    Tout ca pour dire que parfois c'est bien de suivre ses envies (en plus c'est super drole a faire) et que je n'ai peut etre pas un diplome en coiffure mais je restes la seule coupeuse de cheveux qui ricanne dans mon dos sans faire peur.
    Le seul et unique probleme c'est que maintenant je suis obligee d'attendre que ca repousse.
    Pour recommencer
    bisous bisous
    P.S: j'en oublies l'evident: c'etait vachement bien ecrit ton histoire, la preuve ca m'a inspiree ;)

    RépondreSupprimer