vendredi 3 février 2012

Hier, je me suis reniée.

Bon, ben voilà, ça m'a rattrapée... mais je vous préviens, j'assume pas.

Je ne vous apprends rien, ici c'est un pays de surfeurs. Alors des UGG, tout le monde en a : les femmes, les hommes, les enfants. Depuis des années (bien avant les parisiennes !) ces trucs informes en peau de mouton bousillent les pieds de nos enfants (non, ça ne tient pas le talon, ça ne tient rien, enfin ça tient éventuellement un peu chaud mais c'est tout).


Et donc toutes mes amies en ont (*). J'en ai même une qui leur voue une sorte de culte au point d'en avoir plusieurs paires (dont une à paillettes assez distrayante).
Sauf moi.
Parce que j'essaie tout de même de cultiver un certain sens de l'élégance.
Que je répète à l'envie que ce sont des "chaussures de goliots".
Que c'est l'antithèse du style.
Et qu'on m'a appris très tôt que sortir dans la rue en chaussons, ça ne se fait pas.
Bref, je suis l'anti-ambassadrice UGG dans toute sa splendeur (parfaitement, MA splendeur).

Et puis hier, à cause de la vague sibérienne, j'ai attrapé des engelures en allant chercher ma fille à l'école.
A tel point que prise d'un accès de démence, j'ai foncé directement from sortie de l'école to magasin de chaussures. Et là, j'ai craqué lamentablement...



Enfin, toutes proportions gardées. 42€ en solde chez André.
Plutôt mourir que mettre 270 € dans des chaussures qui n'ont aucune chance de vous faire la cheville gracile.

(*) je ne sais pas pourquoi, je sens qu'elles vont bien rigoler...

1 commentaire:

  1. ok ça ne fais pas la cheville fine, mais on est tellement bien dedans, on a l'impression de sortir avec ses chaussons!!!

    RépondreSupprimer