vendredi 9 mars 2012

Dans la peau de... DAMIEN HIRST #1

Damien Hirst, vous connaissez, c'est sûr... Sauf que là, dans la seconde, vous ne voyez plus trop dans quelle rubrique vous avez lu son nom (économie ? culture ? people ?...). 
Pas de panique, vous êtes de toute façon dans le juste ! Damien Hirst c'est LA star médiatique de l'art contemporain ; accessoirement considéré comme l'artiste vivant le plus riche de la planète.

Quelques rappels ?
Le requin plongé dans une vitrine remplie de formol (oui je sais, charmant) c'était lui en 1991.



Le clip "the Country House" de Blur, encore lui, en 1995.


Les mouches mortes sur toiles monochromes noires gaiement intitulées Cancer Chronicles (je vous épargne les photos) : Damien Hirst en 2003.

Et en 2007, ce crâne de platine incrusté de 8601 diamants estimé à 800 millions de dollars !


Bien entendu, la spectaculaire vente aux enchères de 200 de ses œuvres au lendemain de la chute de Lehmann Brothers (en plein krach boursier !) a tout de même rapporté 111,4 millions de £.


Bref, l'homme a plus d'une controverse à son actif et un parcours médiatique sans faute.
Notre trublion - ex des Young British Artists, aka YBAs - quand il ne réalise pas des installations morbides (NB : lors d'un cocktail ou d'un dîner, je vous encourage vivement à parler plutôt d'installations "qui confrontent le spectateur aux rapports existant entre l'art, la vie, la mort") se plaît également à utiliser des pinceaux comme un vrai peintre... enfin presque.

A ce stade du post, et principalement en raison de cet "enfin presque", je conseille aux âmes sensibles pour lesquelles l'art moderne s'est arrêté aux Nymphéas de Monet de passer leur chemin.

Hirst a peint la série des Spot Paintings (du moins les cinq premiers exemplaires, pour les suivants il a engagé des assistants). Comme leur nom l'indique, ce sont des tableaux qui représentent des alignements de points de couleurs et de tailles diverses sur des toiles à fond blanc, baptisées de noms de médicaments.
Et comble du buzz, Damien the superstar a réussi l'exploit d'exposer ses Spot Paintings simultanément dans les onze galeries de Larry Gagosian. 
Depuis le 12 janvier, plus de 300 Spot Paintings ont ainsi envahi les espaces Gagosian de New York, Londres, Paris, Hong Kong, Athènes, Beverly Hills, Genève et Rome (NB : toujours lors d'un dîner, je vous recommande de placer à un moment ou à un autre que "le soleil ne se couche jamais sur l'empire Gagosian", formule qui devrait faire tout son effet). La manifestation est sobrement intitulée The Complete Spot Paintings, 1986-2011. Et détail über-hypesque, il existe un carnet de voyage que les globe-trotters peuvent faire tamponner, pièce d'identité à l'appui, à chaque visite d'un des onze sites d'exposition : ça s'appelle The Complete Spot Challenge.





Je vous rappelle la distance qui sépare Paris de Hong Kong ou vous avez saisi le concept ? On récapitule : une carte de fidélité, trois continents, un mois et demi pour obtenir les onze tampons. A la clé, une œuvre sur papier numérotée et signée par l'artiste. Aux dernières nouvelles, il y aurait déjà une soixantaine de gagnants, le number one étant le blogueur mondain Valentine Uhovski qui a accompli son "tour du monde damienhirstien" en 8 jours.





Bon... il semble que ce post soit déjà un peu long pour un blog, alors je m'arrête là pour ce soir et vous raconte la suite dans un ou deux jours. 
See U soon !  L'ARTefact.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire