lundi 12 mars 2012

Dans la peau de... DAMIEN HIRST #2

Âmes sensibles qui auraient fait fi de mes avertissements (voir Dans la peau de... DAMIEN HIRST #1) et poursuivent la lecture malgré tout, je vous avais prévenu : on est très très loin de l'art figuratif et du mythe de l'artiste maudit qui crève la dalle. En même temps, la question de la reproduction du monde visible n'ayant plus lieu d'être dans l'art, depuis l'invention de la photographie, on pouvait s'attendre à ce que les artistes explorent d'autres limites. 
Ce débat pouvant toutefois nous mener sur des terres hostiles, je ne l'initierai point... Pas plus que je ne vais vous bassiner mille ans sur la genèse des Spot Paintings ou sur le bien fondé de la démarche, après tout, vous avez accès à Google.

Au fond de moi, ce qui m'agite le cervelet quand je lis des choses pareilles, c'est de comprendre pourquoi, alors que JE SAIS faire des points de toutes les couleurs, Damien Hirst, ce n'est pas moi !
Et tout bien réfléchi, en prenant le problème sous un autre angle, POURQUOI ça ne serait pas moi finalement...? Cynthia Rowley s'est bien glissée dans la brèche, avec sa robe toute en pois déjà en vente chez Colette !


Moi aussi je veux ma place au soleil, je veux être en vitrine du temple parisien du hype, je veux créer la controverse, je veux provoquer, je veux être adulée, je veux être détestée, je veux devenir une égérie de la scène arty, me retrouver en front-row, bref, JE VEUX ÊTRE DAMIEN HIRST !

Alors procédons par étapes et commençons par voir ce que préconise le Maître : 

"C'est une lutte entre une fabrication mécanique et une fabrication manuelle. Vus d'une certaine distance, les pois ont l'air mécanique mais de près vous pouvez voir la trace d'une main humaine des traits de crayon et le trou du compas".

Même pas besoin de masquer les ratés ou le trou laissé par le compas ? Cool !

"J'en ai peint sans doute cinq. Dès que j'en ai vendu un, j'ai utilisé l'argent pour payer des gens pour faire les autres. Ils le faisaient mieux que moi. Cela m'ennuyait, je suis très impatient"

Étant moi-même de nature plutôt impatiente, l'idée de passer des heures à dessiner des points sur une feuille me contrariait un peu. comme Damien, je préfère déléguer ! Étape d'autant plus aisée que je dispose à domicile de deux mini-assistantes qui me sont entièrement dévouées. Et qui, à l'instar des assistants de Damien, seront payées. En bonbons Haribo. Le Maître n'ayant rien précisé sur ce point, toute contestation sera considérée comme nulle et non avenue.
Ultime consigne de Damien à ses assistants : ne pas répéter une couleur dans une même œuvre et séparer les pastilles par des espaces blancs de la même taille que leur diamètre. Last but not least, un précepte édicté par mon alter ego, fil rouge de ma nouvelle carrière : "Vous pouvez dire je m'en fous de l'argent, mais quand vous vendez une œuvre pour 10 000 livres, vous ne pouvez plus être indifférent. C'est l'art qui amène à l’argent et pas l'argent à l'argent." 
Limpide, non ?
...
45 minutes et 1/4 de toile plus tard, je suis en transe ! Collectionneurs du monde entier, préparez-vous à dégainer la Platinium ! Je ne suis pas du genre à me vanter, mais sérieusement, je vous laisse tirer les conclusions qui s'imposent : à gauche le Spot Painting de Damien Hirst, à droite MON Spot Painting.
On tient quelque-chose là, non ? NON ?!?!?

Ce tableau, une fois achevé, je sens même qu'il va tellement me plaire que je vais le garder... et l'accrocher dans mon salon... et dire que c'est un vrai... que j'aurais gagné en accomplissant le Complete Spot Challenge... au cours duquel j'ai été devancé de peu par Valentine Uhovski... avec qui j'ai gardé d'excellentes relations. Ben ouais, on est comme ça nous les artistes bankable, pas rancuniers !

L'ARTefact.

3 commentaires:

  1. et si tu postulais pour devenir assistante en chef de Damien Hirst, en lui promettant de faire singulièrement diminuer les salaires de ses troupes :

    1 bonbec par rond, FAIRE DES RONDS POUR PAS UN ROND, ça pourrait bien ressembler à une démarche artistique selon Damien, non ?!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ...et avec les bonbons gagnés, on recouvrirait un crâne humain qui rappellerait "For the Love of God" et interrogerait les rapport de l'Homme au sucre!

      Supprimer
  2. Interroger les rapports de l'Homme au sucre... comment dire ? en ce moment je ne préfère pas.

    RépondreSupprimer