lundi 20 août 2012

Des brogues comme doudou ?


Je sors d'une grosse déception. 
D'ailleurs, je ne sais pas pourquoi j'écris que j'en sors alors que je suis au cœur d'une très grosse déception. C'est arrivé jeudi matin et depuis lors je n'avais pas desserré les dents (de rage; ce n'est pas une façon de parler). Parfois je commençais à me détendre... puis un mot ou une chose pour me rappeler l'injustice de la situation et de nouveau les larmes de rage me montaient aux yeux.

Alors pour me calmer j'ai tapé Church's Burwwod Metal dans google. Et pour la énième fois j'ai cherché sur le web des chaussures qui étaient déjà en rupture l'hiver dernier, mais que j'ai continué à scruter dans l'espoir de quelqu'un qui voudrait se débarrasser des siennes (qu'il n'aurait pas trop portées) (et qui chausserait du 37), ou qu'il en resterait une paire retrouvée au fond d'un stock oublié.

Je le fais souvent, ça me détend. Mon esprit est concentré sur l'objectif et je ne pense pas au reste. Ça fait du bien. (Et aussi parce-que je suis folle).

Je suis tombée sur le site departementfeminin.com (que je ne connaissais pas, et vous ?) et ces brogues Burwood bordeaux avec lesquelles je n'ai eu aucun mal à me projeter (même pendant des années, pas seulement pour cet hiver). Elles m'ont réconfortée. Quand j'ai validé la commande, c'était comme si ma rage s'envolait dans la transaction CB. (Je vous avais bien dit que j'étais folle) Elles seront là mercredi ou jeudi, je les attends avec impatience, sans ruminer ma rage. Apaisée.



Bientôt j'aurai dépassé ma colère. Avec mes brogues. Comme un enfant qui a besoin de son doudou pour calmer sa frustration.
C'est comme ça : la déception passe mais les chaussures restent.


2 commentaires:

  1. J'ai pas mal de chaussures achetées dans le meme type de situation! Ça doit être féminin comme attitude....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je savais que je ne me sentirais pas trop seule sur ce coup là ;)

      Supprimer