lundi 6 janvier 2014

NY dans le désordre #1

New York m'a tellement enthousiasmée que je ne sais par où commencer. Il faudrait que je trie les photos, définisse ce dont j'ai envie de vous parler (tout !), trouve un fil conducteur autre que la chronologie pour construire la narration, et tout ça, tout ça... mais, 1° le bac français, c'est fait (il y a quelques années) je peux peut-être relâcher un peu la pression. Et 2°, on va essayer de cantonner l'hystérie de l'organisation au boulot, ici c'est récré ! Donc NY, je vais vous le faire dans le désordre, au gré de l'inspiration (rien que ça) et la créativité (un bien joli terme pour annoncer que ça va être le bordel un brin décousu).

Et, bizarre pour bizarre, je prends le risque de vous faire rêver avec une sandwicherie. 
C'était à Brooklyn, j'avais froid et faim (ce qui signifie que mon homme était proche d'une mort violente). De plus je devais faire le deuil d'un imper Burberry's modèle Kensington croisé et essayé (deux fois) quelques minutes plus tôt dans une boutique vintage. Il était en parfait état et la vendeuse me le faisait à 300$ (210€ !!), mais il était juste une taille trop grand (bouhouhouuuu...). J'avais donc, froid, faim et j'entamais une sévère dépression quand l'homme (mu par l'instinct de survie) a dit "on va rentrer là, chez Bierkraft, ça à l'air sympa".

 
A vrai dire, d'extérieur ça avait surtout l'air sombre, mais y'avait urgence. 
A l'intérieur, on pénètre dans un long couloir qui propose un nombre incalculable de mètres linéaires de bières du monde entier (peut-être que ce n'était pas que l'instinct de survie finalement). Et au bout du couloir, au cas où vous n'auriez pas trouvé de quoi étancher votre soif, il y a un bar à bières pression derrière lequel deux hipster souriants (et mignons) sont prêts à vous les faire goûter, pourvu que vous le demandiez gentiment ("be nice or go away" est-il écrit au milieu des noms de bière sur le tableau gris derrière le bar). 
Or le choix de la boisson ne s'effectue qu'après la commande du sandwich, laquelle se fait à quelques mètres à droite devant un étal de produits frais, plus qu'alléchants, notamment de magnifiques fromages (je veux bien faire tous les régimes débiles du monde mais jamais je n'arrêterai le fromage) à faire pâlir ma crémière de jalousie. Je salivais déjà pas mal quand il a fallu choisir et qu'on m'a tendu cette carte. On ne voit bien sûr pas les sandwiches puisqu'ils sont frais, faits à la demande et sans additifs si ce n'est de l'AMOUR (c'est écrit sur la carte).


Tanguy a pris un roast beef et moi j'ai dit que je ne voulais que du blue-cheese (et de l'amour) dans mon sandwich. La jeune fille m'a d'abord regardée comme si je ne comprenais pas bien la langue, mais j'ai confirmé alors elle m'a regardée comme si j'étais malade (option HP). Ensuite on a pris nos boissons, nos chips (c'est obligatoire)(et gratuit), on a payé (le mignon hipster a tiqué aussi sur le coup du sandwich au fromage bleu, j'ai dû reconfirmer et j'ai dit que j'étais française pour m'excuser) et on est allés s'assoir en attendant que nos sandwiches soient prêts. 


Comme au Starbuck, une fois que c'est prêt on crie ton prénom ("Tangouaïe !!") et tu vas les chercher. C'est alors que OMG !! ils disent que c'est fait à la baguette mais ils mentent. Ton sandwich est fait dans ce qu'ici on appellerait un pain de 500g ENTIER. Néanmoins il est emballé dans un papier joliment ficelé qui fait tellement "regardez comme nos sandwiches sont bios" (j'ai gardé la jolie ficelle en souvenir)(c'est-à-dire qu'elle va traîner sur mon bureau quelques semaines avant que je finisse par reconnaître que je n'en ferai jamais rien et donc que je la jette)(c'est débile, je sais, mais je suis sûre que vous aussi vous êtes parfois sentimental de la ficelle)(non?)(NON??).



Alors objectivement, ils sont délicieux, une tuerie. La personne qui les prépare a la délicatesse de les couper en deux ce qui permet de les manger à peu près dignement (même si tout déborde de partout). Je suis venue à bout de la moitié du mien, soit l'équivalent d'une baguette ; un exploit pour moi (le fromage bleu était si bon). 

Déco sympa + équipe adorable (bon, ok, sauf la fille qui prend les commandes et qui n'aime pas trop les demandes bizarres) + bonnes bières (la San Pellegrino pomelos c'est bon aussi) + sandwiches à se damner = très bonne adresse ! (et c'est toujours un peu la classe d'avoir ses petites adresses à Brooklyn)

Bierkraft, 191 5th Ave. Brooklyn  :)


4 commentaires:

  1. Ca fait rêver...Et ca donne faim!!!

    RépondreSupprimer
  2. tu vas a new York juste pour manger un sandwich ,ah bon!!!!!!!

    RépondreSupprimer
  3. Et ben moi ça me donne faim !
    Ouais !
    Allez, te fais pas prier : la suite ^^ !
    ++

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'arrive, j'arrive, mais j'avais les soldes à préparer avant ;)

      Supprimer