jeudi 27 février 2014

Ô rage, ô désespoir...

ô polyamide ennemie !

J'en avais pourtant tellement envie de ce sweat zara, et puis j'en ai eu besoin (pour continuer ma collec) en le voyant porté par la défraîchie (quelle influence ?)
Je l'ai donc commandé illico, avant qu'il soit en rupture (trop forte !) 


Je l'ai reçu. 
Bouhouhouuuuu... Il n'est pas en coton :(
72% polyamide. Je DÉTESTE les matières synthétiques. Surtout pour un sweat. Comment ça je n'ai pas regardé la composition avant de valider ma commande ? Tu crois que j'ai que ça à faire quand je commande sur l'appli mobile zara le soir devant Elementary ?? (leur appli mobile est très bien faite, tu valides ton achat avant de réfléchir).


Le drame.

mercredi 26 février 2014

LOHIM #4 Alleluia !

Résumé des désopilants épisodes précédents de ces aventures capillaires (dont le sous-titre pourrait être En route vers les cheveux gris) : LOHIM#1, LOHIM#2, LOHIM#3

Alors ALLELUIA, parce qu'enfin je peux attacher mes cheveux de façon à dissimuler leur bicolorité (si, le mot existe). Mais aussi parce qu'au bout de 9 mois d'application scrupuleuse de la méthode dite lourdement suggestive, mon homme a finalement avoué que hum... oui, peut-être que ce sera joli. Si, j'aime bien en fait. Cette dernière affirmation étant sans doute destinée à avoir la paix durant un temps qu'il espère certain (c'est mal me connaître).

Je ne suis pas au bout de mes peines, loin de là. D'abord parce que mon coiffeur m'avait dit que les cheveux ne poussent pas uniformément, et à présent je suis bien obligée de le croire. Les miens sont plus blancs d'un côté que de l'autre ! Et à vue de nez, il faudra encore au moins six mois pour me débarrasser des pointes orangeâtres (si, le mot existe).

A ce stade de l'aventure, je tiens à remercier publiquement Manou M. qui trouve que cette couleur m'adoucit le visage. Manou, vous n'imaginez pas à quel point votre soutien exprimé m'a fait du bien (j'en écrase encore une larme de joie).

Je dois également avouer que le selfie #nofilter (c'est mieux pour voir la véritable couleur des cheveux) se révèle être un exercice douloureux passé 25 ans (voire masochiste) (mais indispensable pour l'intérêt de ce témoignage voué à la postérité).





Alors, on continue ?


mardi 25 février 2014

Et les shadoks pompaient, pompaient...

L'homme que j'ai épousé dans un moment d'égarement et Mélusine (qu'il faut occuper pendant les vacances) ont fabriqué une maison pour les oiseaux.


Émue par la perspective de voir cette chose à l'esthétique douteuse prendre place dans le jardin, j'ai demandé : pourquoi bleue ? 
Parce-que c'est tout ce qu'on a comme peinture extérieure m'a-t-on répondu. Ahhhh... 
Je croyais avoir lu quelque part que l'on peint les volets en bleu dans les villages ensoleillés de Tunisie ou de Grèce, justement parce que cette couleur n'existe quasiment pas dans la nature et donc qu'elle n'attire pas les insectes (ni les oiseaux par extension), mais bon... Je dois confesser que je ne suis absolument pas certaine de la véracité scientifique de cette théorie (si vous savez réellement pourquoi les volets sont peints en bleu dans ces contrées accueillantes, ça m'intéresse). 

Ce dont je suis absolument certaine en revanche, c'est qu'ils en avaient déjà fabriqué une l'année dernière. Elle n'était pas bleue (justement), mais sensiblement identique à celle de cette année question architecture. 
On l'avait mise dans un coin du jardin. On ne peut pas vraiment dire que les oiseaux se soient précipités, et puis on l'a un peu oubliée... Jusqu'au jour où il est apparu qu'il y avait une forme de vie à l'intérieur. Mélusine s'est immédiatement enflammée à l'idée d'oisillons à voir grandir sous sa protection enamourée, mais a priori les oiseaux ne bourdonnent pas. 
Alors qu'un nid de frelons asiatiques, si.
Je vous laisse imaginer la galère pour se débarrasser d'un nid de frelons... Les pompiers ne viennent pas pour ça, les apiculteurs non plus (ce ne sont pas des abeilles)(sans blague). Tu es obligé d'acheter des insecticides probablement fabriqués dans les usines de Bachar et ton homme se déguise en cosmonaute de fortune* pour aller le pulvériser. 
Pourtant, nous allons manifestement renouveler l'expérience.

J'ai proposé de remplacer avantageusement la chose par ce joli modèle de chez Eva Solo, mais il paraît que je ne suis pas drôle...



(*) et non, je n'ai pas de photo (un très regrettable manque de réflexe ce jour là...)


mercredi 19 février 2014

In the mood for...



De la sodalite bleue du Brésil, un tout petit rayon de soleil... et j'ai de grosses envies de plage ! (option sable blanc et chaud)

mardi 11 février 2014

Être un peu Daria...






C'est un prix étoile. Aucune idée de ce que ça veut dire... perso je l'ai traduit par un valide vite ta commande, ça va pas peut-être pas durer. Non que j'aie vraiment besoin de sweat-shirt, mais gris est MA couleur et je suis allée à NY, donc... (de moins en moins brillantes mes excuses).



lundi 10 février 2014

Le courage des oiseaux

C'est la tempête ici ! Comme presque partout si j'ai bien suivi la météo ce matin (pas sûr, je n'avais qu'un œil ouvert au fond de mon lit bien chaud, alors les oreilles...). Il y a quand même quelque chose d'incongru à créer des nouveautés printanières sous un ciel gris orage (votre couleur de cordon favorite en ce moment)(Vous êtes un peu déprimés, non ?)(Mettez-vous à la couleur ça ira déjà mieux, c'est scientifiquement prouvé).

Donc, je regarde par la fenêtre et ça souffle terrible. Les arbres dansent et ça me fait penser au courage des oiseaux (la chanson de Dominique A, pas les aptitudes ornithologiques).
Qui se souvient du Courage des oiseaux ? Cette ritournelle bricolée sur un Bontempi* qui vous trottait dans la tête des jours entiers. Bon ok, ce n'était peut-être pas un chef d’œuvre mélodique, mais le Bontempi avait ses limites aussi.
Tu ne t'en souviens pas ? Deux possibilités : 1° entre les Inrocks et Patrick Bruel, tu avais choisi ton camp. 2° tu n'étais pas né. La deuxième option étant hautement probable, je vais de ce pas faire le point sur mes sérums antiride. Pendant que je me rassure à coup de pro-rétinol, je t'invite à (re)découvrir l'artiste (plutôt le twenty-two bar, c'est plus joyeux). C'est frais, c'est gai, et c'est écrit.





(*) Et si tu ne sais même pas ce que c'est... Sache que des milliers d'enfants ont poussé leurs parents à imaginer le pire, en composant (avec plus ou moins de talent) sur cette vintagerie.

jeudi 6 février 2014

La blouse de Saint Valentin ?

Je dis ça parce qu'il faut incontestablement être deux pour fermer les boutons de cette jolie petite blouse Soft Grey en voile de coton, dentelle et plis religieuse. Ceci dit, j'arrive parfaitement à les défaire toute seule. Donc, il faut être deux pour s'habiller mais on peut se déshabiller seule, ce qui limite l'intérêt "Saint Valentin" de la chose. 






Blouse Soft Grey
Bijoux Littlegrigri

:)

Et un petit point LOHIM pour celles qui suivent : vous avez vu...? Je peux enfin m'attacher les cheveux ! J'ai retrouvé un semblant de dignité capillaire. Enfin, de face seulement, parce-que pour le reste ils sont toujours bicolores...

mardi 4 février 2014

Paris : les stations fantômes de demain


Alors entendons-nous bien, ceci n'est pas un blog politique, je m'efforcerai toujours de rester neutre en la matière (et en plus je ne vis pas à Paris, donc je suis encore moins légitime pour me prononcer). Ce n'est donc pas la paternité de l'idée que je souhaite mettre en exergue ici, mais bien l'idée elle-même : que les parisiens puissent se réapproprier les stations de métro à l'abandon pour en faire de nouveaux lieux de vie. Les premières esquisses sont magnifiques et j'adore l'idée. Jugez vous-même, tout est développé ici.



Bon, là je n'ai pas trop compris, c'est une patinoire ?


C'est sublime, non ?

:)


lundi 3 février 2014

Vous aimez Dexter ?

J'ai l'air de ne pas être trop là, mais je ne suis pas très loin en fait. C'est juste une petite intervention sans gravité à l'orteil qui a mis à mal toute ma belle organisation exemplaire. 
D'ailleurs "sans gravité" tout est relatif...
On m'a d'abord décollé l'ongle pour en cisailler tout un côté jusqu'à la matrice* (c'est beaucoup plus supportable que ça en à l'air, avec une bonne anesthésie) afin qu'il ne repousse plus jamais dans la chair (partie réjouissante de l'histoire), ensuite le chirurgien a fait des points qui passent DANS l'ongle. Depuis, une infirmière sadique** vient tous les deux jours pour nettoyer la plaie (version officielle)(en réalité elle tire un plaisir non dissimulé à me voir serrer courageusement les dents). Mais le pire de tout, dans cette histoire pourtant déjà suffisamment cruelle, c'est l'impossibilité d'enfiler des chaussures pendant au moins 15 jours !

Voici donc mon unique option pour retrouver un tant soit peu de mobilité ces jours-ci. Et j'avoue ne toujours pas savoir si ça relève plus d'une disciple de Garance Doré ou d'une campeuse néerlandaise...?




* Si tu ne sais pas, demande à Néo. Ou alors googlise matrice de l'ongle (si tu aimes les images gores) mais je t'aurais prévenue.
** bon, ok, j'exagère un tout petit peu, en réalité c'est une copine super sympa. Elle est vraiment adorable (sauf quand elle gratte la plaie avec sa pince).