mardi 11 mars 2014

Et si je testais le no poo

... sur ma fille ?

Pas besoin d'essayer de la convaincre des (pseudo) bienfaits de cette nouvelle tendance aux relents hippie-new-age, elle déteste se laver les cheveux.

Ce qu'elle aimerait plus que tout, ce serait que j'abandonne mon combat contre les nœuds et les cheveux collants.  Des dreadlocks, donc ! Voilà ce qui lui conviendrait. (Pas de bol, elle est tombée dans la mauvaise famille)(en plus c'est pas courant sur les asiatiques).

Alors si le no poo est vraiment efficace... pourquoi pas ? (dans le cadre d'une stratégie d'évitement du conflit). 
Bon, elle n'est pas fan du brossage non plus, va tout de même falloir négocier un peu. 
Mais j'avoue que je nourris quand même quelques réserves quant à la perspective de l'odeur au bout de quelques jours (et quant à expérimenter sur sa fille ce qu'on répugne à faire sur soi-même, mais c'est un autre débat). Elle, ça ne lui poserait pas trop de problème, quand je prévois de laver son doudou pestilentiel dont la personnalité est déjà prononcée, elle me répond il sent pas mauvais, il sent moi. Et chaque fois cette phrase me piège : impossible d'expliquer à son enfant que son moi est pestilentiel (sauf à envisager une future longue et coûteuse thérapie).

A la réflexion, je ne vais même pas lui expliquer que ça existe.

Allez hop ! Mélusine, c'est l'heure du bain.



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire