samedi 10 mai 2014

#bringbackourgirls

D'habitude ici on parle futile, léger, second degré... mais là, il me suffit d'imaginer Mélusine, mon bébé de 9 ans (l'âge des fillettes enlevées), aux mains de ces barbares à servir d'objet sexuel, pour saisir toute l'horreur de la situation. Je sais bien que cela ne pourrait pas arriver en France, mais devenir parent, c'est (aussi) devenir parano (vous verrez). 
Trois semaines d'impuissance de l'état nigérien et enfin la communauté internationale se mobilise. Merde, dans quel état les retrouvera-t-on ? Il y a urgence !
Une grande marche des filles/des femmes est organisée mardi matin (le 13 mai) à 9h, RDV sous l'arc de triomphe. Venez ! Et si vous ne pouvez pas, relayez l'info avec le #BringBackOurGirls


En parcourant hier sur instagram les selfies #BringBackOurGirls ou #RealMenDontBuyGirls, je suis tombée sur celui-ci (de madethnik) qui rappelle que toutes ces horreurs faites au nom de dieu (n'importe lequel, je ne suis pas sectaire), ne sont en fait qu’interprétations malhonnêtes par des analphabètes. Aucune religion ne prône de telles horreurs dans ses textes. 



Pfffff... C'est pesant tout ça hein ? Promis, la prochaine fois je reparle de mes cheveux (vrai sujet de fond).

3 commentaires:

  1. Ces jeunes ados (moi j'avais entendu 12-18 ans) ont été enlevé trois semaines avant qu'on en parle internationalement. Boko Haram existe depuis 12 ans, et enlève des jeunes femmes depuis tout ce temps. En 12 ans ils ont eu le temps de se professionnaliser, leurs réseaux au marché noir doivent fonctionner parfaitement. En 12 ans les autorités nigérianes n'ont pas mis la main sur le chef de Boko Haram, donc ils savent se cacher. Pour moi en trois semaines ils ont eu largement le temps de se débarrasser de 222 jeunes femmes sans défenses (parce que c'est pas avec des coups de poings qu'on lutte contre des armes à feu), ou au moins d'une partie d'entre elles, soit en les tuant, soit en les mettant sur le marché noir des esclaves, soit en les insérant dans des réseaux de prostitution régionale. Je ne pense pas qu'on les retrouvera à moins d'entrer nous aussi dans les réseaux de marcher noir (j'imagine que c'est ce qu'ils essayent de faire). L'espoir c'est bien, mais à ce niveau là je pense que c'est plutôt de l'espérance. On a mis trop longtemps à réagir.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Qu'on ait mis trop de temps à réagir, c'est indéniable. Mais je crois au poids de l'opinion publique et je crois aussi que c'est cette mobilisation qui a incité les gouvernements américain et français à agir. Alors, oui, c'est un peu illusoire. Mais on aurait pu aussi ne rien faire du tout, et laisser ces fillettes à leur futur sordide dans l’indifférence générale...

      Supprimer
    2. Les Etats-Uniens ont bougés leur cul parce que les autorités nigérianes ont demandé de l'aide, et ensuite les autorités françaises ont suivi, poussées, effectivement, par l'opinion publique. Le fait qu'on les cherche c'est super, mais en trois semaines elles ont eu le temps d'être vendues et refilées à des réseaux pas très très légaux...

      Supprimer