vendredi 3 juin 2016

Ma vie de rêve sur les réseaux sociaux

Tout était organisé au millimètre... préparation des cartons semaines 19 et 20, signature chez le notaire le 19 mai, déménagement booké (depuis longtemps) pour le vendredi 20 mai. Comme ça nous avions le WE pour défaire les cartons et ranger le nouvel appartement (un peu plus grand que le précédent : + de place donc -  de casse-tête pour tout faire rentrer) et le lundi, j'étais opérationnelle.



Le mercredi soir, coup de fil de l'assistante du déménageur : "il faudrait que notre équipe puisse venir démonter les meubles et tout préparer demain, comme ça il n'y aura plus que le transport vendredi. On vous laissera les lits pour dormir jeudi soir". 
Ah ben non, ça n'était pas prévu comme ça. J'ai du boulot jeudi (10 jours avant la fête des mères). Comme elle insiste vraiment, je finis par lui dire que OK pour jeudi matin de 8h à 12h, mais jeudi après-midi c'est impossible. Elle me remercie, ça les arrange déjà bien jeudi matin.

Jeudi matin 8h, personne... 9h, personne...
J'appelle, tombe sur la boite vocale, laisse un message déjà plus très zen. L'assistante me rappelle à 9h15 pour me dire que "finalement ils n'ont pas terminé un déménagement la veille donc ils ne viendront pas aujourd'hui, ils feront tout demain comme prévu". "Vous êtes bien sûre qu'ils seront là demain parce que sinon, c'est la catastrophe pour moi !?". "Oui, oui, rassurez-vous, votre déménagement est prévu depuis très longtemps au planning, pas de souci."
Mouais... pas très pratique cette matinée perdue, tout est en cartons, je ne peux pas faire grand chose et je suis passablement agacée mais bon, on signe l'après-midi même, on aura les clé de l'appart, c'est chouette !

Jeudi 17h "Allo madame ? C'est la société de déménagement. On a un problème de personnel, il faut décaler votre déménagement à la semaine prochaine" HEIN !? (mes origines sans doute) WTF!!!!!!! (je suis bilingue du juron)

J'ai sacrément bataillé (je suis du genre tenace) mais rien à faire, j'ai juste réussi à la faire pleurer cette godiche (bon ça, je n'en suis pas très fière). Du coup, pas le choix, branle-bas de combat, mon homme n'est pas allé au boulot vendredi, on a loué un camion, ma belle-soeur a mis mes neveux (3 gaillards de 20 ans) dans le train (c'était avant les grèves Dieu merci) et on a fait le déménagement nous-mêmes (je sais qu'il y a des techniques pour porter des charges lourdes sans se faire mal)(mais visiblement je ne les maîtrise pas). L'ironie du truc c'est que la société Rhône-Alpes Déménagement (autant les citer) avec qui nous avions signé un contrat a pour devise La maîtrise du déménagement.

Alors, oui, mon nouvel univers a l'air tout propre et serein sur instagram, mais...
Je n'ai pas fait de sport depuis deux semaines et pourtant j'ai quand même les cuisses en béton (et le dos en vrac). 
Mes mains sont tellement défoncées que mon iphone ne me reconnaît plus. 
Je me console en mangeant du sucre (je vais bien le regretter, je sais) et je carbure au coca-light (j'ai replongé)(mais j'arrête quand je veux). 
Je devrais manger bio et sain pour faire le plein de vitamines, mais la cuisine n'est pas terminée (la bonne excuse) alors on carbure au Picard/micro-ondes (j'ai pris du boulgour chez Picard, ça compte ?). 
Je tombe vers 22h30 tous les soirs et mon niveau de créativité est en dessous de zéro. 
L'appart est canon mais j'ai encore des cartons à vider dix jours après...  Pour être honnête, c'est moi qui suis vide. 
J'attends que le soleil me rebooste (c'est vous dire le niveau de mon désespoir).


Ça c'est ma tête sans filtre quand il n'est que 21h 
(et que je réalise qu'il n'y a plus de m&m's)

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire