dimanche 9 avril 2017

Prendre le temps.

Prendre le temps de réfléchir. Prendre le temps de comprendre. Un luxe ?

A l'heure où notre appréhension du grand monde (et de notre petit monde) passe par twitter et ses 140 signes, les bandeaux des chaines d'info, les flux RSS de notre smartphone... difficile d'avoir une idée construite. Pas le temps de creuser, pas le temps d'en discuter (vraiment discuter, je ne parle pas des échanges trollesques sur facebook), pas le temps de comprendre le monde, alors, par facilité, vous et moi (disons : la majorité d'entre nous, je vous laisse le bénéfice du doute) cautionnons le grand titre qui nous interpelle, l'orateur le plus charismatique. La pensée s'appauvrit, de plus en plus vite, inéluctablement. 


Dans cet environnement oppressant, America arrive comme une grande bouffée d'air pur. 
A l'initiative de François Busnel (animateur d'émission littéraire, l'homme a les plus grandes plumes françaises et étrangères dans son carnet d'adresse), des grands noms de la littérature américaine ont accepté d'écrire et décrire l'état de leur pays durant les années Trump.
Des articles et chroniques de Toni Morrison, Barack Obama, Marc Dugain, Alain Mabanckou, Douglas Kennedy... excusez du peu ! 
America paraîtra durant 4 ans (le pari est fait qu'il n'y aura pas de deuxième mandat Trump), à raison d'un numéro par trimestre. America nous offre le temps de lire (sans passer par la diagonale), de réfléchir, d'y revenir. A des années lumière du buzz de l'info en continue. Un luxe vous disais-je.

Et comment ne pas rêver d'une réplique française ? A quand France monsieur Busnel ?


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire